Références situées dans les communes dont le nom commence par Saint-E... à Saint-M...


SAINT-EMILION (Gironde) : Eglise

Vitrail : nativité

 

Cornemuse sans bourdon à deux tuyaux coniques (style zampogna)

Y. Guibé


SAINT-ETIENNE (Loire) : Eglise Ste-Marie

Sc/pierre en façade au dessus de l'entrée sur la gauche : ange

XIXème

Style zampogna, assez dégradé

J. Chaperon


SAINT-ETIENNE-LE-MOLARD (Loire) : La BATIE D'URFEE, château

Vitrail faisant partie de l'ensemble des vitraux du château, dispersés en 1874 (localisation actuelle inconnue). Chacun des deux vitraux considérés est divisé en deux lancettes et représente des anges musiciens (12 par lancettes soit un total de 48 anges)

Probablement vers 1557

* vitrail anciennement dans la chapelle, lancette de gauche : l'ange joueur de "cornemuse" fait face à un joueur de flûte à trois trous et tambourin à cordes

Instrument de type vèze (le sac, spérique, n'est pas pressé entre bras et thorax) mais doté d'un curieux bourdon partant vers l'avant puis descendant à angle droit.

Photo de Felix Thiollier (vers 1880-86) repris dans "Claude dUrfé et La Batie", Conseil Général de la Loire, 1990

* vitrail anciennement dans l'oratoire, lancette droite

Cornemuse à un bourdon d'épaule

"Claude dUrfé et La Batie", Conseil Général de la Loire, 1990

F. Barthélémy


SAINT-ETIENNE-LE-MOLARD (Loire) : La BATIE D'URFEE, château

Tapisserie volée au début des années 1980 ?

XVIème

1 bourdon d'épaule

J.C. Compagnon


SAINT-ETIENNE-LE-MOLARD (Loire) : La BATIE D'URFEE, château

Tapisserie d'Aubusson (différente de la précédente) représentant Astrée, Céladon et Silvandre, bergers héros du roman d'Honoré d'Urfée "L'Astrée"

XVIème : cornemuse pendue à la ceinture de Céladon

2 tuyaux juxtaposés dont l'un au moins muni d'une rangée de trous

J'ai relevé deux mentions de l'instrument dans les larges extraits du roman "L'Astrée" choisis et présentés par M. Gaume

Fr. Schneider


SAINT-FELIX -LAURAGAIS (Haute-Garonne) : Syndicat d'initiative

"Santirolet" (terre cuite, bois, étoffe et laine. H=28cm) représentant un bodegaire (un autre "santirolet" représente un meunier)

1974, signé Germaine Pépin, médaille d'Or de l'artisanant français

Représentation approximative d'une craba/bodega : peau brun foncé (les peaux de craba, tannées à l'alun, sont toujours blanches), porte-vent et bourdon d'épaule montés côte-à-côte sur le cou de la dépouille, graïle monté sur un second cou (!) de la peau (vu la rareté des chèvres à deux têtes, ce type d'instrument devait être très peu fabriqué...). Les "moignons" des pattes antérieures sont figurés. La bonda (bourdon) est ornée d'une frange de laine rouge.

La Dépêche du midi (?) 28/02/74, (article et photo.)

S. Rossèl


SAINT-FLORENTIN (Yonne) (voir fiche photos) : Eglise Saint-Florentin, verrière de Saint-Jean Baptiste, lancettes rayonnantes, au dessus de la partie rectangulaire de la verrière mais en dessous de la figure de Dieu le père.

Vitrail : anges musiciens dont deux cornemuseux en symétrie, les instruments sont de gauche à droite : instrument à embouchure non identifiable (serpent ?), triangle à anneaux, cornemuse, luth, flûte traversière, psaltérion trapézoïdal à cordes pincées, cornemuse, hautbois et instrument à embouchure similaire au premier et pour lequel également, seul l'embouchure et le début du tube, sinueux, sont visibles.

1529

* Un bourdon sur le côté intérieur de la poche, dont la forme évoque celle d'une boîte à bourdon (double tore au niveau de la jonction avec la poche, corps strictement cylindrique, extrémité fermée par une sorte de couvercle largement débordant et surmonté d'une petite boule), mais relativement fine et sans layette visible. Un tuyau mélodique assez court, se terminant par un pavillon recourbé vers l'avant. Porte-vent assez long relativement à la longueur des autres tuyaux, très légèrement conique et raccordé au sac par une souche (?) en double tore, tenu en bouche, poche blanche et tuyaux jaune orangés. la poche est relativement sphérique mais semble bien comporter un col de cygne (voir entre souche du tuyau mélodique et celle du bourdon) rabattu sur le reste de la poche.

* L'instrument de droite est identique, mais les tuyaux sont d'un jaune plus pâle et le porte-vent est cylindrique

Note : la base Palissy présente sur la page consacrée à cette verrière une photo noir et blanc de ce vitrail sur laquelle il semble y avoir une différence au niveau de deux des lancettes centrales... Ce vitrail aurait-il été restauré et légèrement modifié ?

M. Vanden Bemden Casier


SAINT-FLOUR (Cantal) (voir fiche photos) : Cathédrale Saint-Pierre

Huile sur toile anonyme : Saint Florus prêchant sur le mont Indiciac

Au premier plan, un jeune berger, pieds nus, est agenouillé avec ses deux mains en appuis au sol et la tête légèrement de profil comme pour mieux prêter une oreille attentive à l'enseignement de saint Florus.
Il est vêtu d'un pantalon arrivant à mi-mollet, d'une chemise dont il a remonté les manches et d'une veste en peau de mouton, sans manche, fermée par une ceinture de cuir.
Afin de ne pas être distrait dans son écoute, il a déposé sa cabrette près de lui. Elle est munie d'un porte-vent décoré d'une torsade et l'on distingue le boîtier à boules dont les deux qui abritent les anches sont plus volumineuses. Cette remarque et la longueur importante de la bague nous incite à dire que l'artiste ne fréquentait pas régulièrement des cabretaïres.

Seconde moitié du XIXe siècle

Cabrette à bouche, reconnaissable à son boitier à quatre boules : deux accolées en haut, curieusement plus petites que les deux autres située au dessous de la ligature habituelle. un élément de même matière (ivoire) est visible entre la boule en haut à gauche et le sac, mais il s'agit apparemment d'une souche très simple et non d'une tête formant angle droit comme sur la plupart des cabrettes. Le tuayu mélodique est placé du côté de la main droite du musicien, six trous seulement sont visibles sur sa face supérieure (pas de trou de petit doigt). Ce tuyau mélodique est extérieurement conique et de diamètre assez fort son cône est régulier et la forme en pavillon de l'extrémité du hautbois semble uniquement due au rajout d'une étroite bague. le petit bourdon est extérieurement quasi cylindrique, peu ouvragé. Sa coulisse d'accord est juste suggérée par une tache blanche en sa partie médiane. Une petite baque blanche marque son extrémité inférieure.
Tuyau mélodique et petit bourdon sont classiquement tous deux dotés en leur partie supérieure, d'une large bague en ivoire, dont la partie haute forme une petite moulure.
Le porte-vent est de couleur noire tandis que les deux autres tuyaux sont brun clair (buis teinté probablement). Il est doté d'un décor en spirale très clair sur toute sa longueur, à l'exception de la partie côté bouche qui est renforcée par une bague en ivoire. Côté sac il s'insère dans une souche également en ivoire, conique. Le sac, de couleur brun foncé, semble en cuir brut non revêtu d'un tissu.

J.C. Roc


SAINT-FLOUR (Cantal) : Musée de la Haute-Auvergne

Tableau d'Edouard Oslow (1830-1904)

Fin XIXème : "Scène de bourrée et joueur de cornemuse"

Cabrette à bouche, (1 hautbois, 1 bourdon latéral)

Dépliant sur les musées d'Auvergne (photo.)
C. Joannes "Bijoux des régions de France", ed. Flammarion 1991 (photo.)
Affiche de l’exposition "Edouard Oslow, peintre auvergnat", Blesle 1994


SAINT-FLOUR (Cantal) : Musée de la Haute Auvergne

Tableau d'Edouard Oslow (1830-1904)

Fin XIXème : "Paysage à la bourrée"

Cabrette à bouche, (1 hautbois, 1 bourdon latéral)


SAINT-FLOUR (Cantal) (voir fiche photo) : Bibliothèque du séminaire

Livre imprimé : "Commentaire litteral sur tous les livres de l'ancien et du nouveau testament - par le R.P. Augustin Calmet, Religieux Bénédictin de la Congrégation de S. Vanne et de St Hydulphe. - Tome second des psaumes - A Paris chez Pierre Emery, au milieu du quay des Augustins, près de la rue Pavée, à l'Ecu de France - MDCCXIII - Avec approbation et privilège du roi." Planche gravée sur 19 types d'instruments de musique avec, deux harpes dont l'une de forme dite celtique, quatre lyres dont l'une à carapace de tortue, petite trompe ou trompette droite, petit cor recourbé, flûte ou hautbois double, flûte de Pan, sorte de cithare, vielle à roue, cornemuse et diverses percussions (triangle à anneau et autre instrument similaire de forme différente, tambour sur cadre rond, timbale, cistre antique, sortes de bol formant comme une paire de cymbales, grelots, clochettes)

1713

1 bourdon d'épaule très mouluré, relativement court, dont le nombre d'éléments n'apparaît pas clairement (il semble y avoir une coulisse, il y aurait donc deux élements), à large pavillon, monté sur une souche de fort diamètre, tout comme le porte-vent. La forme de ce dernier est assez réaliste, conique et doté d'un embout pour une meilleure préhension par la bouche du musicien. Tuyau mélodique extérieurement régulièrment conique à léger pavillon précédé d'une bague. Petit bourdon monté sur la même souche, de section hexagonale, que le hautbois légèrement divergent. Ce petit bourdon est apparemment en deux parties (coulisse médiane), de forme beaucoup plus sobre que le grand bourdon : cylindrique sauf à l'endroit de la coulisse et au léger pavillon

J.C. Roc


SAINT-FLOUR (Cantal) : Local de la Sanfloraine

Tableau représentant Georges Soule (1927-1979) par Serge Zagli

1980

Cabrette

J.C. Roc


SAINT-GEORGES-DU-VIEVRE (Eure) : Château de Launay, colombier, poutre de colombage sculptée

Sc/bois : personnage en pied soufflant dans une assez grosse cornemuse

 

1 bourdon d’épaule conique sans raccord, chalumeau de fort diamètre. La sculpture est assez naïve.

Ancienne plaquette touristique sur les circuits de visite "Vièvre et Lieuvin" (photo.)

J.C. Bordier


SAINT-GEORGES LES BAIILARGEAUX (voir fiche photos) (Vienne) : Eglise au centre du vieux cimetière

Modillon sculpté : joueur de cornemuse en buste et de profil. Le modillon à sa gauche représente un couple se tenant par la main, les modillons de l'autre côté représentent un homme moustachu de face jouant du tambour puis un homme de face jouant de deux flûtes à bec de même longueur.

XIIe s. (Eglise reconstruite au XIXe s. , seule l'abside romane sur laquelle figurent ces modillons est du XIIe s.)

Un bourdon d'épaule très court (très probablement pour des raisons de composition dans l'espace du modillon), doté de quatre bagues : la première doit représenter la souche et la dernière le pavillon. Tuyau mélodique extérieurement cylindrique, d'assz fort diamètre, muni de 6 trous de jeu visibles, dont le plus bas semble dédoublé. Une légère bague forme pavillon.

C. Bougoux


SAINT-GERMAIN DE FRESNEY (Eure) : Eglise, tableau probablement détruit lors de l'incendie de 1974

Tableau du peintre bernayen Hubert Descours (le père, Michel Hubert, Bernay 1707 - id. 1775, ou le fils Michel Pierre Hubert, Paris 1741 - Bernay 1814)

XVIIIème : adoration des bergers

Cornemuse apparemment sans bourdon, posée à terre

"L'Eure", coll. "Richesses de France", ed. J. Delmas (photo. N.B.)


SAINT-JANS-CAPPEL (Nord) : Eglise

Sc/bois : groupe de trois statuettes représentant des anges en pied jouant cornemuse, cymbales et orgue positif

 

Deux chalumeaux divergents

"L'indicateur des Flandres" du 23/10/87 (photo. N.B.)

MC. & P. Bollier


SAINT-JEAN-CAP-FERRAT (Alpes-Maritimes) : Villa de Mme Béatrice Ephrussi de Rotschild, salon Louis XV, boiserie de la partie basse des murs

Peinture sur bois

Trophée avec fléau, luth, musette, ruban rose, flûte traversière, feuillages de lierre et bâton (?)

Musette légèrement schématisée à deux gros chalumeaux coniques de longueurs inégales, liés ensembles à leur partie supérieure par six spires jointives de cordelette, sac bleu à galon or

L. Abgrall et S. Noblet


SAINT-JEAN-CAP-FERRAT (Alpes-Maritimes) : Villa de Mme Béatrice Ephrussi de Rotschild, salle à manger

Porcelaine de Sèvres à décor polychrome et doré : "service aux trophées"

* seau blanc Trophée avec luth, musette, hautbois (?), flûte de Pan, partition ruban et branche (buis ?)

Musette légèrement schématisée, à deux chalumeaux bruns, boîte à bourdons, sac violet à galon et franges dorés

* assiette

Trophée avec musette, flûte de pan en arrière plan, hautbois passant sous le col de la musette, ruban et rares feuillages

Musette légèrement schématisée, à deux chalumeaux noirs légèrement divergents, petite boîte à bourdons, sac bleu à franges or

 

L. Abgrall et S. Noblet


SAINT-JEAN DE BRAYE (Loiret) : 155 rue de la grand maison, girouette

Fer découpé : "les danseurs berrichons" : à l'ombre d'un arbre, vielle et musette berrichonne font danser 2 danseurs et 2 danseuses

seconde moitié XXème, réalisé par M. Burry père sur un dessin de M. Burry fils

C. berrichonne

MC. & P. Bollier


SAINT-JEAN-DU-DOIGT (Finistère) : Trésor de l’église

Email au centre d’une patène en vermeil de 24 cm de diamètre, œuvre de l’orfèvre Guillaume Floch qui travaillait à Morlaix en 1546)

Mi XVIème : nativité avec adoration des bergers en arrière plan à droite

cornemuse à deux bourdons verticaux dirigés vers l’avant

C.P. ancienne ne permettant pas de discerner la cornemuse
Dict. des églises de France op. cit. (photo. N.B., cornemuse non discernable)
Cat. expo. Dastum, "Instruments du diable, musique des anges" op. cit. (photo. N.B.)
Affiche et dépliant de présentation de l’exposition "Bretagne d’or et d’argent, les orfèvres de Basse-Bretagne", juillet-sept 94, abbaye de Daoulas

M. Coste


SAINT-JEAN L'ESPINASSE (Lot) : Château du Montal

Tableau : nativité, berger

XVIème, Flandres

2 bourdons

L. Bonnaud


SAINT-JEAN L'ESPINASSE (Lot) : Château du Montal, salle Robert de Balsac

Tapisserie (bien dans le style des ateliers marchois) : scène des noces de Gombault et Macée (fait partie d'une série de 8 tapisseries sur ces deux personnages, conservées dans ce château) : Dans un décor champêtre, la mariée s'avance sur la gauche, au bras d'un homme barbu (son père) et entourée par deux hommes en bleu. Le cornemuseux marche juste au devant de ces quatre personnages, le buste un peu penché en avant sur son instrument, il est représenté de trois-quart dos. Il s'avance vers un homme tenant son chapeau sur son ventre (le marié ?) debout à côté du prêtre. A droite derrière ces deux derniers personnages, un peu à l'arrière plan, un cuisinier fait rotir des animaux à la broche et un chien court devant le feu. Encore un peu plus à l'arrière plan une femme dresse la table et, encore un peu plus loin,une hautboïste, assis au pied d'un arbre joue pour un couple qui se tient par la main (évocation de la rencontre des deux époux ?). Attention, on pourrait confondre ce hautbois avec une cornemuse, mais c'est la main supérieure du musicien que l'on voit sur la partie haute du hautbois et non un sac. Sur leur gauche enfin, un autre couple s'embrasse au pied d'un buisson. La ligne d'horizon est meublée par des arbres, des maisons rurales à droite et une ville à gauche

Milieu du XVII°, tapisserie d'Aubusson

1 tout petit bourdon d'épaule pourvu d'une sorte de fontanelle médiane aux trous presque alignés (légèrement serpentins) et dont l'extrémité s'évase en un pavillon décoré de deux tores. Tuyau mélodique extérieurement cylindrique, doté d'une fontanelle et d'un pavillon bien ouvert.. Porte-vent très court tenu en bouche, sac assez diforme : une panse en forme de sphère allongée vers le haut surmontée d'une seconde partie sphérique plus petite dans laquelle viennent s'emmancher les trois tuyaux sans trace de souche.

Encyclopédie Alpha de la décoration p.60 (photo. de la salle) 1979

L. Bonnaud


SAINT-JEAN-PIERRE-FIXTE (Eure et Loire) Manoir du Grand Prainville, porte rehaussée d’un gâble sculpté, modillon de droite

Sc/pierre : personnage de face, accroupi, en face personnage tenant une feuille (anges ?)

XVIème : manoir élevé par les Boisguyon, famille de soldats servant le duc d’Alençon; restauré et agrandi en 1925

2 courts chalumeaux coniques divergents, cornemuse tenue centrée sur le ventre et non sous un bras.

Article de Philippe Siguret : "Les manoirs du Perche" in "Vieilles Maisons Françaises" n°156, 1994 (photo.)


SAINT-JOINT-DE-MARNE (Deux Sèvres), Sacrisite de l'église Référence à confirmer

Peinture : tableau représentant l'annonce aux bergers

XVII ou XVIIIème siècle

C. Girard

 


SAINT-JULIEN SUR SURAN (Jura) (voir fiche photos) : Eglise

Vitrail : annonciation et scènes de l'enfance du Christ : concert d'anges du tympan (flûte traversière, harpe, hautbois, viole, luth)

1508

1 bourdon d'épaule, hautbois non visible

"Les vitraux de France , Alsace, Lorraine et Franche-Comté" (photo.)


SAINT-JUNIEN (Haute-Vienne) (voir fiche photos) : Eglise Notre-Dame du pont, console du portail occidental, en forme de modillon soutenant le linteau.

Sc/pierre (granite)

Vers 1470

1 bourdon d'épaule (porte-vent et partie supérieure du hautbois cassés)

L. Bonnaud op. cit.1 (Photo. N.B.)


SAINT-LEGER EN CHARNIE (Mayenne) : Eglise, chapelle nord

Fresque murale : adoration des bergers

Début XVIIème probablement

1 bourdon d'épaule avec fontanelle, hautbois court et légèrement évasé au pavillon

D. Le Vraux


SAINT-LEGER-SUR-DHEUNE (Saône et Loire) : Eglise; Volé le 25/9/76

Peinture sur bois (diptyque) de l'école Bourguignonne, revers de la Transfiguration : peinture en grisaille représentant St-Laurent distribuant des aumônes : cornemuseux mendiant assis sur les sol, au premier plan à gauche, les pieds croisés. (le second panneau du diptyque représente au verso le martyre de St-Laurent et au verso l'arrestation de ce saint)

XVIème (daté au revers "MVcXXII")

1 bourdon d'épaule dont la fontanelle se trouve très près du pavillon, chalumeau conique, long porte vent non en bouche

M. Guillaume, "La peinture en Bourgogne au XVIème siècle", cat. expo. du Musée des Beaux arts de Dijon, juin-août 1990 (photo. N.B.)


SAINT-LO (Manche) : Eglise Notre-Dame, culot de gargouille, côté nord

Sc/pierre : cornemuseux (copie au musée des monuments à Paris)

1400-1420 probablement

Sans bourdon, hautbois gros et court, position des mains du musicien en vis-à-vis l'une de l'autre avec deux doigts seulement touchant le hautbois

F. Gosselin op. cit. (photo. N.B.). F. Gosselin cite un article de R. Vaillant, paru dans "Vicking" puis réédité dans Heimdal de mars 1973, décrivant le cornemuseux d'une gargouille de cette même église, détruite en 1944. Est-ce une autre gargouille assez semblable à celle-ci, la même, ou l'original de celle-ci qui ne serait alors qu'une reconstitution ?)

J.C. Bordier


SAINT-LO (Manche) : Musée d'Art

Huit tapisseries : "Les amours de Gombault et Macée" .Toutes ces tapisseries comportent une cornemuse représentée dans la bordure basse. Trois d'entre elles présentent , de plus, un cornemuse figurée dans la scène centrale.

1530

*1er sujet : "La chasse aux papillons"

*3ème sujet : "La danse" : dans un décor pastoral stylisé, un cornemuseux joue debout, au centre de la tapisserie, adossé à un arbre, pour une chaîne de sept danseurs et danseuses alternés à laquelle doit également faire partie une femme en train de renouer ses bas. Un dernier personnage, à l’extrême droite contemple la scène, appuyé sur un bâton.

Sans bourdon

M. Decitre "Danses et chants traditionnels de France", coll. "Les clefs de la musique" ed. de l'Illustration (photo. N.B.)

*6 ème sujet : "La noce"

1 bourdon d'épaule, hautbois à fontanelle

M. Chevardès, "Montaigne" coll. Les Géants (photo.)
Cat. expo. E. Le Roy Ladurie "Paysages et paysans" B.N 1994 (photo.)
Sameln, "Musikleben im 16 Jahrhundert", Leipzig 1976

 Les trois figurent dans J. Guiffrey, "Les amours de Gombault et Macée, étude sur une tapisserie française du Musée de St-Lô", Paris 1882

Il existe d'autres versions (gravures de Jehan Leclerc ou tapisseries) de cette série (une série de tapisseries a été vendue à Drouot en 1986, le Musée Gruuthuse de Bruges conserve un exemplaire de "la danse" et un de "la noce" avec des bordures de types différents); certaines comportent une seconde (voir une troisième) cornemuse dans la bordure. Il est à remarquer que, d'une version à l'autre, le type de cornemuse peut varier (adjonction ou disparition d'un bourdon ou d'une fontanelle par exemple).


SAINT-LO (Manche) : Musée d'art (inv. 840.1.3)

Tapisserie de la suite de Gombault et Macée : "Le jeu de tiquet"

Début XVIIIème, Bruges : trophée central de la marge inférieure

Musette schématique formée d'un sac et de tuyaux (lesquels appartiennent à l'instrument ?)

La plupart des marges avec musettes des tapisseries de cette suite, dans ses différentes versions, présente peu ou prou le même trophée schématique et imprécis.

Cat. "Jeux et divertissements, tapisseries du XVIème au XVIIIème siècle", Musée des Beaux-Arts d'Arras, Musée Dépt. de la Tapisserie, Aubusson, 1988. (photo.)

L. Bonnaud


SAINT-LO (Manche) : Musée d'Art

Tapisserie: "Le cornemuseur et son chien"

 

 

J.C. Compagnon


SAINT-LO (Manche) : Musée d'Art

Tableau de Mme Loire (serait Marianne Loir (ou Loire) née à Paris au XVIIIème)

XVIIIème : portrait de Marie Charles Auguste Grimaldi (1722-1749), Comte de Matignon, frère du Prince de Monaco, en berger de comédie.

Musette à soufflet, boîte à bourdons fine et allongée, petit chalumeau à clefs, sac à accessoires en bandoulière. bois sombre (ébène ?) et ivoire.

C.P. ancienne, J.C. Compagnon op. cit.
Cité par A.P. de Mirimonde op. cit. t.2 p.60
J.C. Compagnon et S Robson op. cit (photo.)


SAINT-LOUP (Charente Maritime) (voir fiche photos) : Eglise romane du village.

Sculpture faisant partie probablement à l'origine des décors de voussures du portail, une dizaine d'éléments ont été réintroduits dans la maçonnerie de la façade au cours de restaurations "brutales" du 19 ou 20e siècle, dont le joueur de cornemuse ainsi qu'un fou de belle facture et des animaux. Le joueur de cornemuse est représenté debout mais placé horizontalement.

Fin 12eme siècle.

Un bourdon d'épaule quasi-cylindrique, de diamètre assez fort (mais une sculpture plus fine eut été techniquement difficile à envisager), doté d'un petit renflement avant son extrémité (celle-ci est-elle d'origine ou a-t-elle été détériorée par le temps, voire raccourcie ?). Un tuyau mélodique assez court, sur lequel trois trous sont bien visibles, le musicien ayant ses doigt posés à côté de ce tuyau mélodique et non dessus. Le pavillon est représenté par un cylindre d'un diamètre légèrement plus fort (à la manière d'une manche retroussée). Le porte vent est tenu en bouche, il est presque dans le prolongement du tuyau mélodique. le sac est réduit à une sphère assez indéfinie.

Sophie Goillot


SAINT-LOUP DU DORAT (Mayenne) : Eglise

Sc/pierre (calcaire blanc), bas-relief: annonce aux bergers

Fin XVIIème

1 bourdon d'épaule long se terminant par un évasement style pavillon, hautbois de taille moyenne

D. Le Vraux


SAINT-LYPHARD (Loire-Atlantique) (voir fiche photo) : village de BRECA

Sc/pierre en bas relief : stèle représentant le buste de François Marie Moranton dit "Le Rouge de Bréca", d'après photographie

1990

Veuze

Revue "Musique bretonne" n°106 (oct.-nov 90) (photo. N.B. de l'inauguration)


SAINT-MAIXENT-L’ECOLE (Deux-Sèvres) (voir fiche photos) : Cathédrale, intérieur, face interne de la façade, scène juste au dessus de la porte, ancien jubé

Sc/bois : adoration des bergers en marge de la nativité, cornemuseux accompagné par un hautbois

XVIIème ou XVIIIème

1 bourdon d'épaule en deux parties

"Regard sur la France" N° 64 Juin 71 (photo. N.B.)
C. et J.L. Matte op. cit. 7 (photo.)
F. Eygun, "Arts des pays de l'Ouest" (photo. N.B.)

D. Lefebvre


SAINT-MAIXENT-L’ECOLE (Deux-Sèvres) : Sc. de Menigoutte

Ancien jubé : Probablement la même référence que celle ci-dessus

 

S. Soulet


SAINT-MAIXENT-L’ECOLE (Deux-Sèvres) : Caserne Cancelaux, salle capitulaire dans le cloître

Tapisserie

Copie dont l'original est à Aubusson

 

S. Soulet


SAINT-MALO Voir la fiche photos (Ille-et-Vilaine) : sur une maison, place de la Haussaye, en bas des "escaliers de la grille", à l’angle de la rue Pélicot, corbeau

Sc/pierre : homme aux genoux repliés en arrière, pieds écartés, soufflant vivement dans son instrument. le corbeau situé de l’autre côté du pignon représente un joueur de hautbois

XXème ?

1 bourdon d'épaule à un raccord (renflement très marqué) avant le pavillon, chalumeau conique

Ar Men n°59 (article sur St-Malo, photo.)
Ar Soner 345 (photo nb en couverture)
Vague citation de B. Ch. Parades dans le "Télégramme" du 07-11-69, repris dans le N° 24 de la revue "Musique bretonne"

Th. Boisvert et M. Wathen


SAINT-MALO Voir la fiche photo (Ille-et-Vilaine) : 8 rue St-Vincent, magasin de broderies

Sc/bois

Réalisé après guerre (reconstruction de St-Malo) aurait peut-être été fait d’après une sculpture présente avant guerre sur cette façade

Joueur de biniou à deux chalumeaux (ou un hautbois et un bourdon parallèle ?) en pied


SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine) : Enseigne de crêperie "Le biniou" près du chevet de la Cathédrale

Bois peint : sonneur en costume breton et en buste

Contemporain

Biniou braz


SAINT-MARTIN-AUX-BOIS (Oise) (voir fiche photos) : Eglise St-Martin, stalles

Sc/ bois :truie allaitant en jouant de la cornemuse

Fin XVème

 

W. Schouwink, "De wilde Eber in gottes Weinberg Sigmaringen" 1985

Fr. Schneider


SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (Seine-Maritime) (voir fiche photo) : Eglise St-Georges de Boscherville, derrière l'orgue

Tableau (école flamande ?)

XVIIème : adoration des bergers : berger debout à droite au premier plan, regardant en l’air, la cornemuse posée sur l’avant-bras.

Grand bourdon conique à pavillon

G. Guillaume


SAINT-MARTIN-DE-JUILLERS (Charente-Maritime) : Chapelle, modillon extérieur côté nord

Sc/pierre

XIIème (à vérifier)

1 bourdon parallèle

G. Polteau


SAINT-MARTIN-DE-JUSSAC (Haute-Vienne) (voir fiche photo) : Eglise, cul de lampe

Sc/pierre (granite)

Seconde moitié du XVème siècle

1 bourdon d'épaule évasé, hautbois long

L. Bonnaud op. cit. 1 ( dessin de A. de Laborderie)


SAINT-MARTIN-DE-RE (Charente-Maritime) : Eglise, statuette ornant le clocheton gauche

Sc/pierre (haut relief) : divers personnages dont un christ couronné d'épines et un joueur de cornemuse

XVème siècle, anonyme

 

Décrit dans la base de données Palissy, Ministère de la Culture et de la Communication - direction de l'Architecture et du Patrimoine. http://www.culture.gouv.fr/documentation/palissy/accueil.htm

Je suppose qu'il s'agit du même que celui qui figure dans "Inventaire topographique de l'île de Ré"

J.C. Compagnon


SAINT-MARTIN-SAINTE-CATHERINE (Creuse) (voir fiche photo) : Eglise, culot d'angle

Sc/pierre

Fin XVème

1 bourdon d'épaule

Cité par L. Bonnaud op. cit.1 d'après L. Lacrocq, "Les églises de France, Creuse", 1934


SAINT-MAXIMIN-LA-SAINTE-BAUME (Var) Voir fiche photo : Basilique Sainte-Marie-Madeleine (et non plus au Couvent des prêcheurs)

Tissus : Chape tissée de St-Louis d’Anjou

1296 : parmi d’autre scène des écritures, annonce aux bergers en composition quasi circulaire avec berger cornemuseux sur la gauche, avec un arbre vert en boule devant lui

Sans bourdon, souche du hautbois en forme de tête animale

G. Secchieri

 


SAINT-MENOUX (Allier) (voir fiche photos) : Eglise, chapiteau déposé dans le narthex

Sc/pierre

restaurée

Seul le sac et le hautbois (mutilé de sa partie basse) sont encore visibles

J.F. Heintzen


SAINT-MENOUX (Allier): Maison, 7 rue Saint Germain, façade sur la rue

Sc/pierre : cul de lampe

 Fin XVème

 

Cornemuse citée dans la fiche de la base Mérimée du Ministère de la Culture


SAINT-MICHEL-DE-MONTJOIE (Manche) (voir fiche photos) : Musée du Granite, chapiteau exposé dans le parc

Sc/pierre : personnage debout

 

1 bourdon d'épaule en partie détérioré mais dont la forme générale reste lisible : cylindrique à petit pavillon. Tuyau mélodique relativement fin en sa partie haute et s'évasant largement en pavillon (également détérioré mais dont la trace demeure bien visible). Sac de taille assez modeste, à col de cygne. Porte-vent difficile à discerner : le musicien semble avoir la main droite dessus. Il tient la cornemuse sous le bras gauche et la main gauche semble posée sur le bas du tuyau mélodique.

S. Garcia


SAINT-MICHEL-EN THIERACHE (Aisne) (voir fiche photos) : église abbatiale voûte peinte d'une chapelle absidiale (côté nord du choeur)

Peintures sur enduit : anges musiciens : ange vu de trois-quart gauche, ailes bien écartées

L'abbaye (bénédictine), fondée en 945, a plusieurs fois été détruite. Le choeur actuel date du dernier quart du XIIème mais ces peintures murales sont d'un style plus tardif

Représentation un peu effacée : 1 bourdon d'épaule quasiment effacé (on le devine notamment au niveau de la souche ainsi qu'entre la tête et l'aile de l'ange, mais il est difficile de comprendre comment il se prolongeait...). Un tuyau mélodique extérieurement conique monté sur une souche en forme de tête, porte-vent assez long, tenu en bouche. Sac à col de cygne.

F. Pery


SAINT-MIHIEL (Meuse) (voir fiche photos) : Eglise St-Michel, choeur, 1er vitrail à gauche

Vitrail : nativité avec adoration des bergers

XIXème ou XXème

1 seul tuyau visible (et le sac)


SAINT-MIHIEL (Meuse) : Abbaye de bénédictins St-Michel, ensemble de 4 dessus de porte

Sc/bois : trophées avec instruments de musique, végétation, fruits et outils ruraux : musette, flûte de Pan et hautbois, d'une part, cor de chasse, partition, hautbois et triangle d'autre part, les deux autres dessus de porte ne comportant pas d'instruments de musique.

Après 1752, initiales L.B.

 

Décrit dans la base de données Palissy, Ministère de la Culture et de la Communication - direction de l'Architecture et du Patrimoine. http://www.culture.gouv.fr/documentation/palissy/accueil.htm

 


, Menu général, Sommaire alphabétique, Départements, Saint-A... à Sainte., Saint-N. et suivants, Lettre S, Lettre T